Une figure riche en charismes, débordante de charité, lumineuse dans le témoignage qu'elle porta durant sa vie toute dévouée à l'Eglise et au prochain.

Pour voir la photo en plein écran cliquer ici

Empruntons ces lignes au remarquable historien de Pessac, M. Raphaël Saint-Orens (1):

"Madame Mathieu, "médium pour les uns", "sorcière" pour les autres, "la bonne dame de Gazinet" pour tous ceux qui la connaissaient bien. Tous les jours, une diligence spéciale portait de la gare de Gazinet à sa maison (bâtie côté Cestas avant le chemin des sources) naïfs ou savants qui avaient besoin d'un secours hors du niveau de la science. Madame Mathieu devinait votre mal, les noms des remèdes donnés par le médecin, soignait par imposition des mains et avec des "remèdes de bonne femme" à la portée de tous, refusait l'argent des pauvres.

Chrétienne convaincue, elle offrait, tous les ans, un pèlerinage gratuit à des jeunes filles modestes du pays. Au pèlerinage catholique romain du Puy en Velay, séduite par la façon de prier d'un évêque gallican, elle lui fit don de sa maison pour bâtir son église et son "Saint-Siège". En face, dans Pessac (actuel commerce de bois Beaumartin) était la maison de son herboriste diplômée qu'elle employait, à longueur d'année, pour expédier des plantes magnétisées... jusqu'en Russie..."

1) Pessac d'hier de Raphaël Saint-Orens. Editeurs: Amis du beau et vieux Pessac - Dépôt légal 1986.

La figure de l'évêque gallican évoqué par M. Saint-Orens est celle de Mgr Louis-François Giraud. Il sera certainement intéressant de savoir pour nos lecteurs que Madame Mathieu avait fait profession religieuse régulière entre les mains de Mgr Giraud qui l'avait rattachée aux religieuses de Sainte Marthe de Port-Royal des Champs, ordre ayant toujours appartenu à la juridiction gallicane. Mgr Giraud avait également conféré l'ordre sacré du diaconat et remis le camail des chanoines de Saint André à Bonne maman Mathieu. Elle le portait parfois aux cérémonies gallicanes en la Chapelle Saint Louis.

Lire la lettre pastorale écrite par Mgr Giraud lors du rappel Dieu de Madame Mathieu: page 1 - page 2 - page 3

Monseigneur Giraud devant la chapelle Saint Louis de Gazinet - Photo en plein écran cliquer ici

Succédant à Mgr Giraud, Mgr Jalbert-Ville rassembla de nombreux cas de guérisons miraculeuses et proclama alors la béatification de cette nouvelle sainte et il fonda à son intention l'oratoire de Sainte Alphonsine, rue Avelane à Bordeaux. Il a aujourd'hui disparu mais le culte gallican se poursuit 4 rue de la Réole.

Ainsi pour l'Eglise Gallicane, la "sorcière" de Gazinet est Sainte Alphonsine de Gazinet. Ce titre semble mérité si l'on croit les centaines de témoignages, non seulement sur les guérisons mais aussi sur le réconfort, le bon accueil, la sagesse des propos de la bonne maman au coeur d'or et aux mains chaleureuses.

Nous publions ici quelques pièces du dossier de béatification de Madame Mathieu conservées par Mgr Jalbert-Ville, puis par Mgr Truchemotte (à l'époque - 1954 - secrétaire épiscopal du Patriarche des gallicans).


T 34 - En 1911 Madame Mathieu guérit Madame Marthe Laville d'une congestion cérébrale diagnostiquée par les médecins Elle prie et transfère le mal sur un pigeon qui tombe mort, alors que la jeune malade, âgée de 18 ans se relève guérie.
Ce cas fut attesté à Mgr Truchemotte sur les ordres d'une radio locale par la nièce de Madame Marthe Laville.... Madame Denise Laville.

T 48 - Une jeune fille de la Gironde avait de violentes céphalées et les médecins de l'époque diagnostiquèrent en 1909 une méningite. Ses parents appelèrent Madame Mathieu qui déclara qu'il s'agissait d'une "veine pouilleuse"... Elle fit une incision dans la tête et une abondante quantité de pus sortit... La jeune fille fut guérie à l'instant. Elle devint plus tard l'épouse d'un célèbre professeur de la faculté de médecine (le Professeur Pouyane).
Note de Mgr Truchemotte: "il semble qu'en fait Mme Mathieu agit là à la façon des guérisseurs philippins en créant un rituel artificiel de libération."

S 12 - Guérison de la mère de Marie-France Caunes d'une pneumonie double. Le cas a été attesté par Marie-France Caunes, elle-même, la guérison fut obtenue instantanément par prières et imposition des mains. Par la suite la famille Caunes offrit les deux cloches de l'église de Gazinet.

S 18 - Guérison du petit Karol attestée par Mesdames Labesse et Chopzowski... Cas très surprenant car Madame Mathieu parla en polonais à cet enfant de dix ans, lui chanta une berceuse en polonais. Elles affirma par la suite ne pas savoir un seul mot de cette langue, mais que la Sainte Vierge lui avait dicté.

T 5 - Guérison de Ida, lingère au chalet des Pins de La Brède dans la famille de Montesquieu. Etant jeune fille et orpheline Ida était couverte d'un gigantesque psoriasis. Tous les soins s'avérant impuissants, les religieuses de l'orphelinat la firent appeler et lui tinrent ce discours: "demain vous irez à Gazinet, vous demanderez à voir la mère Alphonsine et vous lui demanderez de vous guérir. Elle vous mènera dans sa chapelle et vous dira de prier. Surtout faites semblant de prier, mais ne priez pas car c'est une chapelle hérétique. Elle va prier pour vous et vous serez guérie car elle a un pouvoir".
Tout se passa comme l'avait dit les religieuses et Ida revint guérie... Elle racontait souvent l'histoire.

T 8 - Guérison du petit Fouquey Chéroux, actuellement médecin bordelais... Etant bébé il fut atteint d'une encéphalite méningée et ses parents le menèrent à Gazinet. "C'est un mal donné" dit Madame Mathieu qui prit un pigeon et fit un transfert... Le pigeon tomba mort et le bébé fut guéri sur le champ.

T 10 - Réconciliation des familles Darthial et Hostein de façon miraculeuse. Le fait a été attesté à Mgr Jalbert-Ville et aux membres des deux familles. Ces deux familles de Gazinet étaient brouillées depuis des années et un jour elles se trouvèrent pour des raisons diverses chez Madame Mathieu... Celle-ci leur dit: "je ne puis rien pour vous tant que vous serez désunis". De part et d'autre le refus fut catégorique, le passé semblait trop grave. Madame Mathieu leur dit alors: "je sais bien comment vous réconcilier..." Elle prit sur la table une grosse miche de pain et puis elle la rompit en neuf morceaux qu'elle disposa comme les parcelles d'hostie du culte gallican. Puis elle leur dit: "regardez bien la dispersion qui est entre vous..." Elle fit alors un grand signe de croix et les membres des deux familles virent les neuf parcelles se rapprocher et se souder pour reformer le pain. "Oserez-vous moins obéir à Dieu qu'un morceau de pain"dit alors Madame Mathieu... Les deux familles s'embrassèrent en pleurant et chacun des membres dit avoir senti totalement la haine s'effacer de son coeur.

S 30 - Un jeune garçon avait des crises d'épilepsie et tombait de plus en plus souvent. Les médecins ne savaient que lui donner du gardénal et d'autres drogues. La famille habitait dans le Médoc non loin de Vendays; l'enfant s'appelait André Dagorne. Il fut amené à Madame Mathieu qui prescrivit un mélange de plantes dans lequel se trouvait de la berce. La famille disant ne pas connaître cette plante, Madame Mathieu en donna une description et puis elle leur dit: -"ce n'est pas malin de trouver de la berce chez vous, trois jours après la pleine lune il va en pousser près du puits qui est derrière votre écurie à chèvre. Vous n'aurez qu'à la déterrer et en prendre les racines." Ce fut fait et après avoir bu la tasse l'enfant n'eut plus jamais de crise.

S 31 - Une énorme tache lie de vin enlaidissait depuis sa naissance la petite Violette Michaud qui à l'âge de 12 ans fut menée à Madame Mathieu. Celle-ci pria un instant puis fit une infusion de dorine dont elle se mit à laver la joue de l'enfant: "tu vois, j'enlève ton envie" dit-elle. La famille regardait avec espoir, mais la tache était toujours présente. Madame Mathieu prit alors un miroir et fit regarder la fillette: "tu vois, ta tache a disparu". "Oui", s'écria l'enfant toute joyeuse. La famille était bien moins heureuse car la tache était toujours là... Elle partit en maugréant, tandis que la petite continuait à dire qu'elle était guérie... La surprise redoubla quand son petit frère âgé de cinq ans déclara qu'il ne voyait plus la tache. Au cours des jours suivant la tache s'estompa puis finit par disparaître en plusieurs mois.
NB: - Il est difficile de donner une explication au cas Violette Michaud... Peut-être Madame Mathieu employa-t-elle la suggestion... Mais cela n'expliquerait pas les réactions du petit frère.


On en finirait pas d'énumérer les cas de guérisons, réconciliations avec la vie, visions fulgurantes dans le passé ou l'avenir développées par l'Esprit-Saint chez Madame Mathieu.

On peut s'étonner de l'insolite de certaines cures comme le transfert instantané du mal chez le pigeon qui tombe mort. Nous pouvons les rapprocher de l'exorcisme pratiqué par Jésus sur les possédés de Gadara où les démons furent expulsés dans un troupeau de porc... (Mathieu 8,28). Mais comment mettre en équation l'extraordinaire ? Il y a tant de domaines qui restent à explorer.

Plus généralement nous voudrions montrer le chemin qui mène un être à l'exercice de tels charismes. S'il a prié, ce n'est jamais pour lui-même mais toujours pour les autres. Il a, selon l'expression évangélique, "cherché d'abord le Royaume de Dieu" (Mathieu 6,33). Il a fait taire en lui les préjugés, l'esprit de haine, de médisance; il s'est laissé gagner par "cette charité du Christ qui surpasse toute connaissance" (Eph. 3,19). Et puis un jour, il a senti qu'il avait changé, qu'il n'était plus le même par rapport au prochain. Il a compris cette langue étrangère sans jamais l'avoir apprise, il a posé sa main sur cette personne et l'a guérie, il s'est retrouvé tout à coup transporté à des milliers de kilomètres par une force inconnue. Que sais-je encore ? Relisez la vie des Saints, ouvrez votre Bible, vous trouverez le récit de tels miracles.

L'important est de bien comprendre que l'exercice de tels charismes ne peut se développer sans une active charité, et que plus un être s'en sent titulaire, plus il les cache sous le manteau de l'humilité. Jésus qui multiplia les pains sur la montagne, calma la tempête, ressuscita des morts refuse de manifester un signe dans le ciel pour abreuver la soif d'insolite et de superbe des pharisiens.

Qu'en disent les Apôtres, notamment Saint Paul à ce sujet:
- "Quand je parlerai les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas la charité, je ne suis que bronze qui sonne ou cymbale qui retentit. Quand j'aurai le don de prophétie et que je connaîtrais tous les mystères et toutes la science, quand j'aurais toute la foi jusqu'à déplacer des montagnes, si je n'ai pas la charité, je ne suis rien. Quand je distribuerais tous mes biens, quand je livrerais mon corps aux flammes, si je n'ai pas la charité, cela ne sert de rien. La charité est patiente; serviable est la charité de fanfaronne pas, ne se gonfle pas; elle ne fait rien d'inconvenant, ne cherche pas son intérêt, ne s'irrite pas, ne tient pas compte du mal; elle ne se réjouit de la vérité. Elle supporte tout, croit tout, endure tout". (1 Cor. 13, 1-7).

Page du journal "Le Gallican" de décembre 1948 consacrée au 25ème anniversaire de la mort de Madame Mathieu - Commémoration en la chapelle Saint Louis de Gazinet et en la chapelle Saint Jean-Baptiste de Bordeaux - Photo en plein écran cliquer ici

Lire également la notice nécrologique (bel hommage) consacrée par Mgr Giraud à Madame Mathieu dans le numéro de décembre 1923 du journal Le Gallican.


Sommaire